Vous aimez ? Partagez
V

Dessins-animés : les grands classiques à faire découvrir aux enfants pendant le confinement


En terme d’éducation, le temps manque toujours. Les deux pieds dans le confinement, parents et enfants se retrouvent enfin. C’est l’heure de faire découvrir aux fruits de vos entrailles ces rendez-vous télévisuels qui ont marqué votre enfance. Et peut-être la leur, sait-on-jamais. Attention, cargaison de Madeleine de Proust à l’horizon.

 

COBRA

Créé par Buichi Terasawa en 1978 et publié dans le magazine Weekly Shonen Jump jusqu’en 1984, les dix-huit tomes de ce manga de légende ont été adaptés pour le petit écran dès 1982. Assurément l’aventurier le plus charismatique de la pop culture (à égalité de point avec Indiana Jones et tellement loin devant ce paillasson de Jack Sparrow), Cobra est la définition même du style avec un grand ‘S’. Armé de son psychogun, de son sens de la mise-en-scène et de ses vannes pas toujours fines, ce flibustier de l’espace est un charmeur, un bonhomme, un vrai. À se donner des claques à l’after-shave.

À partir de 13 ans.

 

 

IL ETAIT UNE FOIS

Vous êtes nombreux à certainement vous souvenir de ce générique terriblement funky de Michel Legrand et de ce carnet de notes impeccable dès qu’apparaissait la colonne histoire-géographie. Merci Il était une fois ! Maestro a fait découvrir aux jeunes téléspectateurs les peuples Incas, Indiens, Aztèques, Africains et tant d’autres. Créé, écrit et réalisé par Albert Barillé en 1986,  Il était une fois c’est un condensé de savoir de nos civilisations. Le tout amené avec bienveillance et humour. Immanquable.

À partir de 9 ans. 

 

 

PIF ET HERCULE

Apparu pour la première fois aux regards enfantins et juvéniles dans le journal L’Humanité à la sortie de la seconde guerre mondiale, Pif et Hercule a été jusqu’au début des années 1990 un des deux duos les plus légendaires de l’animation franco-belge. S’entendre comme chien et chat. D’un côté, Pif un cabot sympathique et inventif. De l’autre, Hercule, un matou sanguin, roublard et un peu fuyant sur les bords (un vrai chat en somme). Dans cette adaptation télévisuelle, les deux comparses prolongent leurs aventures toujours abracadabrantesques et croquignolesques. Une belle leçon d’amitié sur fond de bagarre de rue (hein?).

À partir de 8 ans. 

 

 

CASIMIR

Dans les années 1970, l’Île aux Enfants était l’émission télévisée référence pour enfants (pour ainsi dire la seule). Créé par le marionnettiste Yves Brunier, Casimir le monstre gentil vit dans un monde féérique avec son cousin vert Hippolyte, mais aussi François, Julie Léonard le Renard, Monsieur Du Snob, Emile Campagne, Edmée Futaie, Albert Traveling. On y mange du gloubi boulga, on rigole comme c’est pas permis, on vit sa vie paisiblement dans une forme d’insouciance qui fait un bien fou au moral. Surtout par les temps qui courrent.

À partir de 4 ans. 

 

 

HEIDI

Les enfants se plaignent que leur vie est vraiment trop nulle ? Qu’ils jettent un œil à celle d’Heidi fille des Alpes. Basées sur les deux romans de l’écrivaine suisse Johanna Spyri-Heusser, les aventures de la petite ne sont pas de tout repos. Orpheline dès son premier anniversaire, la petite fille est recueillie par sa tante Daitte avant d’atterrir chez son grand-père, un type plutôt austère qui se déridera (rassurez les marmots) au fil des aventures. Cette merveille de sensiblerie a été réalisée en 1974 par les studios Zuiyo Eizo (Hayao Miyzaki y signe notamment les décors). Son histoire ferait fondre n’importe quel enfant auto-centré. Une valeur sûre.

À partir de 6 ans. 

 

 

BABAR

Créé en 1931 par Cécile de Brunhoff, l’histoire de Babar l’éléphant a bercé des tonnes de génération d’enfant. Tout commençait mal pourtant. Sa mère victime d’un satané braconneur, l’éléphanteau quitte sa jungle natale pour rejoindre la grande ville. Là-bas, il se lie d’amitié avec la Vieille Dame qui l’éduque. Peu de temps après, il rejoint à nouveau son clan qui continue de fuir le chasseur. Après s’être défait du sale type, Babar est couronné roi – après la disparition tragique du précédent monarque – et épouse la belle Céleste (sa cousine). Le paix de retour, il fonde Célesteville un havre de paix où chaque peuple animal vit en harmonie. Une belle leçon de vivre ensemble.

À partir de 4 ans.

 

 

BONNE NUIT LES PETITS

Ce n’est pas tout ça mais, confinement ou pas, il est tard d’aller au dodo. Une mission à laquelle s’acquitte Nounours, personnage inventé  par Claude Laylu, tous les soirs depuis le début des années 1960 (et sa première diffusion sur l’ORTF). Mais avant de dormir, on fait le bilan de sa petite journée, on écoute les petites contrariétés et autres joyeusetés qui ont émaillé le quotidien. Tendrement poétique, Bonne Nuit Les Petits est une parenthèse enchantée qui a fait tomber des brassées de minots dans les bras de Morphée – merci les rediffusions. Chapeau l’artiste.

À partir de 3 ans.

 

 


Sélectionné pour vous

Dessins animés

Archi-plébiscité encore aujourd’hui dans les cours d’école depuis sa création, l’univers Pokémon – décliné en jeu-vidéo, cartes, films, séries et autres goodies – n’est pas exempt d’invraisemblances.   L’âge de Sacha Débuté en 1998 (et en 1996 sur Game Boy), Pokémon a un héros emblématique : Sacha. Nous sommes bientôt en 2020 et Sacha – récemment et finalement devenu le meilleur dresseur - n’a jamais vraiment vieilli. Au pire, il est devenu adolescent. Petit rappel des faits : au tout début de l’aventure, sa mère laisse partir son fils à peine pubère à l’aventure. On a vu plus responsable comme décision. Et l’école […]

Lire l'article