Vous aimez ? Partagez
V

The Irishman, le meilleur Scorsese ?


The Irishman, de Martin Scorsese, est désormais disponible sur Netflix. Chef d’oeuvre ou Scorsese au rabais ?

Coup de tonnerre dans le petit monde du cinéma. Le nouveau film de Martin Scorsese, The Irishman, est sorti ce mercredi en France sur… Netflix. Distribué par la plateforme de streaming américaine, il ne sera diffusé dans les salles obscures que dans une poignée d’autres pays, et pour quelques semaines seulement.

Le film, dont l’idée mûrit dans la tête du réalisateur depuis 2008, a failli ne jamais voir le jour. Martin Scorsese a en effet essuyé les refus de nombreuses sociétés de production et de distribution hollywoodiennes. Et c’est finalement Netflix, en pleine opération d’anoblissement de son image de marque, qui a donné sa chance au réalisateur en 2017, presque dix ans plus tard, attirant ainsi dans son giron l’un des noms les plus respectés du 7ème art.

Candidat sérieux aux Oscars

L’estampille Netflix en fait-elle pour autant un Scorsese au rabais, comme on serait en droit de le craindre ? Pas à en lire les critiques qui, près d’un demi siècle après la sortie de Mean Streets (1973), le premier film de gangsters de Martin Scorsese, sont nombreux à y voir son chef-d’oeuvre, et un candidat très sérieux pour la prochaine cérémonie des Oscars.

D’abord, parce qu’en plus d’un casting XXL comptant notamment Al Pacino et Joe Pesci, le film réunit pour la première fois depuis 1995 la paire Scorsesede Niro, devenue mythique grâce à des monuments comme Mean Streets, donc, mais aussi Taxi Driver, New York New York, Raging Bull, la Valse des Pantins, Les Affranchis, Les Nerfs à Vif et enfin Casino, leur dernière collaboration.

 

 

Ensuite, parce que The Irishman, en tissant des liens avec la filmographie passée du réalisateur, a tout de l’oeuvre testamentaire. Franck Sheeran, le personnage principal, campé par Robert de Niro, s’y remémore les grands moments de sa vie d’affranchi, de la découverte du monde de la nuit à ses premiers meurtres, des échelons gravis un à un dans la pyramide du crime à la grandeur, puis à la décadence… pour finir avec la grande question que tout le monde se pose au soir de sa vie : cela en valait-il la peine ?

Banale humanité

Après l’angoisse juvénile de Mean Streets, Martin Scorsese avait alors trente ans, l’énergie morbide des Affranchis, et le glamour mortifère de Casino, le réalisateur aujourd’hui âgé de 77 ans ramène finalement ses personnages grandioses à leur banale humanité. Qu’ils finissent par disparaître, comme Jimmy Hoffa, incarné par Al Pacino, ou en maison de retraite, comme Franck Sheeran. Une oeuvre marquée par l’émotion et l’humilité qui, sur près de 3h30, sait prendre son temps. Un coup de maître pour le réalisateur et une belle prise pour Netflix.


-->