C dans l'air / Virus : l'Europe en alerte, la France se prépare en streaming

Ajouté le 27 juin 2020

Durée01:05:05

Diffusé sur Youtube

Ajouté dans0 playlist(s)



La pandémie de Covid-19 continue d’accélérer à travers le monde. Et les regards se tournent de nouveau ces derniers jours vers le continent américain mais aussi l’Europe. Après un long « plateau », l’épidémie de coronavirus gagne désormais en ampleur dans une immense partie des États-Unis, et fait craindre une nouvelle vague plus dévastatrice que la première tandis qu’elle s’accroît en Amérique latine, notamment au Mexique et au Brésil où les bilans des décès quotidiens continuent de grimper. En Europe, la situation est loin d’être aussi grave mais le nombre de cas de Covid-19 « augmentent pour la première fois depuis des mois » a alerté hier l’OMS. « 30 pays ont vu augmenter le nombre de nouveaux cas cumulés au cours des deux dernières semaines », a expliqué Hans Kluge, directeur de la branche Europe. « Dans onze de ces pays, l’accélération de la transmission a entraîné une recrudescence très importante qui, si elle n’est pas maîtrisée, poussera les systèmes de santé au bord du gouffre une fois de plus en Europe ». Selon l’organisation, le Vieux continent enregistre quotidiennement près de 20.000 nouveaux cas et plus de 700 nouveaux décès.

En France, la situation est jugée « très préoccupante » en Guyane où l’épidémie est « active et en progression » indique Santé publique France (SpF). Les autorités sanitaires rappellent également que si le nombre de patients Covid-19 continue de diminuer en réanimation dans l’Hexagone, le virus circule toujours, comme le montre le nombre de nouveaux ‘clusters’. 276 cas groupés ont ainsi été identifiés depuis le 9 mai. Dans ce contexte, les épidémiologistes suggéraient depuis quelques temps de renforcer le dépistage de la population. Le ministre de la Santé leur a donné raison jeudi en annonçant « le lancement dans certains territoires d’une campagne de très grande ampleur qui s’adresse à tous les habitants ». Ainsi, “près d’1,3 million de personnes” vivant en Île-de-France vont se voir remettre des bons de l’assurance maladie leur permettant d’aller se faire tester, sans ordonnance médicale. Et ce “même en l’absence de symptômes”, a expliqué Olivier Veran dans une interview au Monde. L’objectif est d’identifier d’éventuels clusters dormants, ces foyers de personnes asymptomatiques.

Basée sur le volontariat, cette campagne va cibler « des territoires à proximité de clusters identifiés où (…) il y a du réservoir viral, avec des personnes asymptomatiques, qui peuvent transmettre le virus sans le savoir », a ainsi détaillé le ministre. « On est pour l’instant au stade de l’expérimentation pour regarder si cela correspond à un souhait des Français. Cette expérimentation pourra ensuite être étendue à d’autres régions » a ajouté Olivier Véran.

Une chose est sûre, les résultats de cette nouvelle stratégie seront suivis de près en Normandie, où le taux de reproduction du virus vient de passer à 1,72, mais aussi dans la région Occitanie, où plusieurs foyers ont été détectés ces dernières semaines : un cluster dit « familial » à Blagnac, près de Toulouse, suite à un repas regroupant 52 personnes le 1er juin, et un autre dans le Gard, où 78 travailleurs agricoles ont été testés positifs il y a une dizaine de jours.

Invités

Sophie AURENCHE – Journaliste au service Reportages à RTL
Catherine HILL – Epidémiologiste
Didier PITTET – Epidémiologiste et expert à l’OMS
Jean-François SALUZZO – Virologue