C dans l'air / Macron face au casse-tête chinois en streaming

Ajouté le 26 mars 2019

Durée01:04:02

Diffusé sur Youtube

Ajouté dans0 playlist(s)



Après l’Italie et Monaco, Xi Jinping poursuit depuis dimanche sa mini-tournée en Europe par une visite d’État de trois jours en France. Débutant hier soir son séjour par un diner avec le couple Macron sur le Côte d’Azur, le président chinois retrouve ce lundi le chef de l’État à Paris où les choses sérieuses commencent. « L’empereur rouge » enchaîne ainsi cet après-midi les entretiens avec son homologue français, avant d’être tous deux rejoints demain par la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Une réunion qui constitue une première historique destinée à marquer un « réveil européen » face à Pékin. Le président de la République ambitionne en effet que cette réunion permette de travailler « à une définition en commun d’un nouvel ordre international », a-t-il dit à Nice-Matin.

Gouvernance mondiale, règles commerciales, respect de l’environnement, investissements… L’empire du Milieu est en train de changer la face du monde en investissant massivement un peu partout, notamment dans ses « nouvelles routes de la soie », ce programme pharaonique d’infrastructures, destiné à faciliter les exportations chinoises vers les pays occidentaux. Emmanuel Macron aimerait cadrer ce bouleversement et surtout trouver une position européenne commune pour y faire face. Car jusqu’à présent, l’Union européenne n’a pas de ligne politique claire face à Pékin et certains pays ont déjà commencé à céder aux sirènes chinoises.

Depuis plusieurs années déjà, Pékin travaille au corps les pays d’Europe centrale, dans le cadre du format 16+1. La Chine a aussi investi dans plusieurs actifs stratégiques de pays membres, comme le port du Pirée en Grèce, le fournisseur historique d’électricité portugais, l’aéroport de Toulouse ou des terres agricoles en France. Dernièrement, un nouvel exemple de cette montée en puissance a été donné avec l’adhésion d’un pays fondateur, l’Italie, à son projet d’infrastructures maritimes et terrestres des « nouvelles routes de la soie ». Le gouvernement italien a ainsi signé vendredi dernier des accords qui prévoient par exemple des investissements chinois dans les ports de Gênes et Trieste.

Une ouverture à la Chine qui préoccupe plusieurs leaders européens, dont Emmanuel Macron. Le président de la République a appelé jeudi à une « une prise de conscience et la défense d’une souveraineté européenne » face à Pékin, qualifié par la Commission européenne de « rival systémique ». « Dans un monde avec des géants comme la Chine, la Russie ou nos partenaires comme les États-Unis, nous ne pouvons survivre que si nous sommes unis en tant qu’Union européenne », a déclaré au journal dominical allemand Welt am Sonntag le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.   Alors quels sont les enjeux de la visite du président chinois ? Qui est Xi Jinping ? Pourquoi les « nouvelles routes de la soie » inquiètent-elles Paris, et d’autres pays européens ? Faut-il avoir peur du projet chinois ?

Invités :

Philippe Dessertine – Directeur de l’Institut de Haute Finance et auteur de « Le Talent et les assassins », publié aux éditions Anne Carrière

Pascal Boniface – Directeur de L’Institut de Relations internationales et Stratégiques, auteur dernièrement de « Requiem pour le monde occidental » publié aux éditions Eyrolles

Valérie Niquet – Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique. Elle est l’auteure du livre « La puissance chinoise en 100 questions » aux éditions Tallandier.

Stéphanie Balme – Spécialiste de la Chine, professeur à sciences Po, directrice de recherche au CERI.