C dans l'air / Londres frappée, l’Otan sous tension en streaming

Ajouté le 30 novembre 2019

Durée01:02:56

Diffusé sur Youtube

Ajouté dans0 playlist(s)



Hier après-midi à Londres, une attaque au couteau, considérée comme terroriste par la police britannique, a fait deux morts et trois blessés. Plusieurs passant se sont rués sur l’auteur des faits, qui portait un gilet d’explosifs factice, avant l’arrivée de la police. Qualifiés de héros par les autorités, ces passants ont probablement évité que l’assaillant fasse davantage de victimes.
L’assaillant, mort suite à l’intervention de la police, était sorti de prison en décembre 2018 après avoir passé huit ans en détention pour des faits de terrorisme, ce qui a créé une vive polémique en Grande-Bretagne. Et cette polémique intervient moins de deux semaines avant les élections législatives, prévues pour le 12 décembre, et trois jours avant le sommet de l’Otan, organisé à Londres…

Ce sommet de l’Otan n’avait pas besoin de ça pour se dérouler dans une ambiance électrique. Vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan s’en est pris verbalement à son homologue français : « Je m’adresse depuis la Turquie au président français, Emmanuel Macron, et je le redirai à l’OTAN. Fais d’abord examiner ta propre mort cérébrale ». « Soyons clairs, ce n’est pas une déclaration, ce sont des insultes », a réagi Emmanuel Macron, qui a également convoqué l’ambassadeur de la Turquie à Paris.

Erdogan faisait référence à la déclaration d’Emmanuel Macron parue dans The Economist au début du mois de novembre. Le président français avait déclaré que l’Otan était selon lui en état de « mort cérébrale », regrettant notamment l’éloignement entre les Etats-Unis et l’Europe sur certaines positions ainsi que l’offensive de la Turquie, membre de l’Alliance, en Syrie.
Dans cette même interview, Emmanuel Macron avait également appelé à « muscler » l’Europe de la Défense et à atteindre une « souveraineté militaire » du continent. Le président français craint une « disparition géopolitique » de l’Union européenne si elle ne « se pense pas comme une puissance stratégique ». L’Europe de la Défense n’est pourtant pas encore une réalité, même si un fonds européen de la Défense, doté de 13 milliards d’euros, a été adopté en avril dernier. Une Initiative européenne d’intervention (IEI) a également été signée en juin 2018, avec pour objectif à terme la conduite d’opérations militaires conjointes entre les 13 états membres de l’IEI.

Le sommet de l’Otan va-t-il se passer dans de bonnes conditions après l’attaque de Londres ? Que faut-il attendre de ce sommet ? Cette alliance a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? L’Europe de la Défense peut-elle devenir une réalité ?

Invités :
Pascal BONIFACE, directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques.
Alain BAUER, professeur de criminologie
Armelle CHARRIER, éditorialiste en politique internationale à France 24
Isabelle LASSERRE, rédactrice en chef adjointe au service étranger du « Figaro »