C dans l'air / Grand débat, sacré casse-tête ! en streaming

Ajouté le 9 mars 2019

Durée01:05:03

Diffusé sur Youtube

Ajouté dans0 playlist(s)



Alors qu’approche la fin du grand débat national, quelles en seront les conclusions ? Depuis le 15 janvier 2019, plusieurs centaines de milliers de pages de cahiers de doléances ont été récoltées. S’il est pour l’heure difficile de dire ce qui en ressortira, le premier ministre Édouard Philippe l’a certifié : « quand on sortira du grand débat, il y aura des choses très concrètes et très précises ». Devant les parlementaires de la majorité réunis mardi 5 mars, il a néanmoins exprimé ses craintes quant à l’issue de la phase de synthèse du grand débat. « Le risque ‘déceptif’ est important quant à la sortie » a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Il faut préparer nos concitoyens à ce que les propositions à la sortie du Grand débat national ne soient pas les réponses à toutes les remontées du grand débat ».

Pour l’heure, ces dernières ne correspondent pas aux attentes d’Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat avait demandé aux Français quels impôts ils voulaient voir baisser, les Français ont répondu qu’ils voulaient plus de fiscalité pour les plus riches. Quant à savoir quels services publics ils voulaient voir supprimer ; les Français ont répondu qu’ils les voyaient trop souvent disparaître.

Parmi ces services, les écoles, les services d’urgence mais aussi les maternités. Leur nombre a baissé de deux tiers en 44 ans. En première ligne : les petites maternités où moins de 300 accouchements sont pratiqués chaque année. Conséquence : certaines femmes se voient contraintes de faire plus d’une heure de route pour accoucher, et ce n’est pas sans les inquiéter.

La crise des gilets jaunes est née d’un ras-le-bol fiscal. Les Français débattent beaucoup de l’efficacité de la redistribution et de la contribution qu’a l’impôt au mieux-être social. Selon une étude de l’institut Montaigne, 81% d’entre eux affirment cependant être prêts à payer plus d’impôts ou de taxes si cela permettait, notamment, de réduire la pauvreté (36 %), d’avoir un meilleur système de santé (31 %), de réduire les pollutions (23 %) ou d’avoir une meilleure éducation (21 %).

Des quatre thèmes abordés lors du grand débat, celui de la transition écologique a souvent été le moins présent lors des échanges entre Emmanuel Macron avec les maires. Jeudi 7 mars, le président de la République a néanmoins choisi de mettre l’écologie au centre de sa rencontre, à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), avec des élus locaux du Sud, des responsables associatifs, des collégiens et lycéens.

La question de la préservation de l’environnement préoccupe particulièrement les jeunes. Vendredi 8 mars, à Paris, entre deux et trois cent jeunes ont défilé à Paris pour la quatrième semaine consécutive pour défendre le climat, dans le sillage du mouvement lancé par l’adolescente suédoise Greta Thunberg, mais aussi les droits des femmes.

A l’heure des conclusions, le grand débat a-t-il posé les bonnes questions ? Les fermetures des maternités font-elles courir un risque aux futures mères et à leurs enfants ? Peut-on concilier croissance économique et développement durable ?

Invités :
Jérome FOURQUET – Directeur du département Opinion de l’institut de sondages IFOP
Auteur de « L’Archipel français »
Bruno JEUDY – Rédacteur en chef du service politique de « Paris Match »
Fanny GUINOCHET – Journaliste en charge des questions économiques et sociales à « L’Opinion »
Stéphane VERNAY – Journaliste à « Ouest France »