C dans l'air / Covid : le Chine reconfine... - Reportage

Ajouté le 27 octobre 2021

Durée01:04:03

Diffusé sur Youtube

Ajouté dans0 playlist(s)



Après un été presque insouciant, l’ambiance se refroidit sur le front de l’épidémie. Alors que les mesures sanitaires se sont relâchées un peu partout sur fond de vaccination, la pandémie repart à la hausse en Europe qui représente actuellement plus de 55 % des nouvelles contaminations dans le monde. C’est le cas au Royaume-Uni où près de 50 000 cas sont comptabilisés chaque jour. Plusieurs pays sont également déjà en grande difficulté, à l’instar de la Bulgarie où la hausse des cas de Covid-19 submerge le système hospitalier. « Notre capacité en termes d’effectifs et de ventilateurs est presque épuisée, nous allons devoir chercher de l’aide à l’étranger », a alerté le ministre de la santé, évoquant également la possibilité d’un confinement dans le pays, qui a le plus faible taux de vaccination de l’Union européenne. Seuls 24 % de Bulgares sont actuellement totalement vaccinés.

En Russie, où l’on compte plus de 1000 morts quotidiens, un niveau inédit depuis le début de l’épidémie, Vladimir Poutine a décrété la quasi-mise à l’arrêt du pays pendant onze jours. Le président russe a également appelé les nombreux récalcitrants à se faire vacciner pour tenter de circonscrire une flambée de Covid-19 hors de contrôle. Au pays des inventeurs du vaccin Spoutnik V, seulement 31 % des Russes sont immunisés. Un échec de la campagne de vaccination reconnu par le Kremlin qui pointe du doigt la responsabilité de la population. Alors qu’en Chine, qui avait quasiment éradiqué l’épidémie sur son sol depuis le printemps 2020, les autorités viennent, elles aussi, de décider le confinement des quatre millions d’habitants de la ville de Lanzhou dans le nord du pays et de demander aux résidents de Pékin de réduire leurs déplacements, en raison d’un rebond des cas d’infection. Attribuée au variant Delta, hautement contagieux, la nouvelle poussée épidémique se serait déjà propagée dans onze provinces ainsi que dans la capitale qui se prépare à organiser les JO d’hiver dans une centaine de jours.

Et en France, quelle est la situation ? La courbe est-elle en train de s’inverser ? Après des semaines de baisse, « on assiste à une petite poussée » de l’épidémie en Europe, et donc dans l’Hexagone, a expliqué vendredi le ministre de la Santé. Olivier Véran a une nouvelle fois rappelé la nécessité de maintenir les gestes barrières pour contenir la pandémie, malgré les bénéfices de la vaccination, mais aussi l’importance pour les personnes de plus de 65 ans ou immunodéprimées de faire une 3ème dose de rappel. Selon les chiffres communiqués par le ministre, seulement 100 000 doses de rappel sont effectuées quotidiennement.  Un chiffre insuffisant d’après le gouvernement qui s’interroge sur les moyens de convaincre les Français éligibles à une 3ème dose et n’écarte pas la possibilité de l’intégrer au pass sanitaire. Interrogé sur le sujet, Jean Castex a ainsi expliqué que la décision était soumise à la Haute Autorité de Santé. « À la HAS de nous dire si nous devons ou non étendre l’éligibilité du pass à la troisième dose. L’avis est sollicité » a affirmé le Premier ministre en marge d’un déplacement au Vatican le 18 octobre dernier.

Mais d’ici là, le pass sanitaire devrait faire l’objet d’une âpre bataille au Palais du Luxembourg. Car si à l’issue de débats souvent électriques, marqués par des divisions au sein même de la majorité, l’Assemblée nationale a donné un premier feu vert au projet de loi « vigilance sanitaire », avec la possibilité de recourir au pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022, au Sénat, Sénateurs LR et PS entendent restreindre l’utilisation du pass aux départements où moins de 75 % de la population totale est vaccinée. Le dispositif ainsi encadré ne durerait que jusqu’au 28 février, et non au 31 juillet comme le demande le gouvernement.
Invités :
– Pr. Anne-Claude Crémieux, professeure en maladies infectieuses – Hôpital Saint-Louis, membre de l’Académie de Médecine
– Pr. Didier Pittet, épidémiologiste, chef du service de contrôle des infections – Hôpitaux Universitaires de Genève
– Nicolas Berrod, journaliste spécialiste des questions de santé – Le Parisien
– Soazig Quéméner, rédactrice en chef du service politique – Marianne
– Pr. Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon, membre du Conseil scientifique